Structuration du temps 2

Nous avons vu dans le précédent article que, selon les Maîtres de l’Analyse transactionnelle, il y avait six façons de passer le temps, “en attendant le Père Noël, c’est-à-dire la Mort” (dixit Eric Berne, in “Que dites-vous après avoir dit bonjour ?1”)

icon_carreblue_croix_64pxPersonnellement, je ne partage pas tout à fait cette vision du… Père Noël. Et pas, non plus, tout à fait cette vision de la façon de passer le temps. Car, selon moi, Ces auteurs partent du postulat que ces différentes façons sont liées à l’intensité des échanges, je dirais  l’énergie. Sans tenir compte d’un paramètre qui me semble important. La notion d’agréable ou de désagréable. Ou, pour le dire autrement, la notion de résultat positif ou négatif. Je m’explique…

 

Les 6 façons de passer le temps selon Berne…

Schéma d'Analyse Transactionnelle par Richard Martens. Les 6 façons de passer le temps selon D. Jongeward et P. Seyer.

Schéma d’Analyse Transactionnelle par Richard Martens : Les 6 façons de passer le temps selon Eric Berne, D. Jongeward et P. Seyer.

Nous avons vu que tous les auteurs qui traitent de la gestion du temps se sont tous alignés sur le point de vue d’Eric Berne, à savoir : 6 façons de passer le temps…

Rappelons aussi qu’ici, c’est l’intensité de l’échange qui entre en ligne de compte.

Un auteur comme James Redfield, dans La Prophétie des Andes2, décrit des rapports humains correspondant à la description des Jeux par l’Analyse transactionnelle. A ceci près que James Redfield, parle de 4 types de comportements d’une part, et parle de… L’énergie ! Ce qui donne une approche très intéressante ! Qui recoupe les expressions populaires, comme :

  • Je suis à plat” ;
  • Je n’ai pas d’énergie” ;
  • J’ai besoin de recharger mes batteries” ;
  • etc.

Information : si vous le souhaitez, vous pouvez acheter ce livre, chez Amazon.com, en cliquant sur l’image ci-dessous. Il va de soi, & c’est mieux en l’écrivant, que si vous achetez en cliquant sur la photo, cela ne vous coûtera pas plus. Et je percevrai un léger pourcentage sur cet achat. Si vous le faite merci d’avance…


Ce qui implique, pour “recharger ses batteries”, de pratiquer le Retrait (AT) pour se ressourcer, comme on le dit en PNL3 et en hypnose ericksonienne…

 

Mon principe : y ajouter le positif et le négatif !

Schéma d'Analyse Transactionnelle par Richard Martens. 6 façons de passer le temps : les Jeux.

Schéma d’Analyse Transactionnelle par Richard Martens. 6 façons de passer le temps : les Jeux.

En effet, nous avons pu observer qu’après Eric Berne, que ce soit Thomas Harris, Dorothy Jongeward et Philip Seyer4, ou d’autres auteurs, tout le monde semble d’accord là-dessus : six façons de passer le temps.

Cependant, nous pouvons aussi observer que Berne parle de rapports négatifs à propos des Jeux, tout en ajoutant, à la fin de son livre “Des Jeux et des hommes5”, la description de Jeux qu’il estime… Positifs. Jeux qu’il observe seulement en société, puisque, comme il l’écrit, les personnes qui ont ce type de comportement n’ont pas de raisons de le consulter.

De plus, Eric Berne traite ensuite de l’Intimité comme étant un comportement fortement positif !

 

Que penser des Jeux positifs ?

Schéma d'Analyse Transactionnelle par Richard Martens. 6 façons de passer le temps : l'Intimité.

Schéma d’Analyse Transactionnelle par Richard Martens. 6 façons de passer le temps : l’Intimité.

Alors la question se pose de savoir où placer les Jeux positifs ? Car, en Analyse Transactionnelle, il semble que les Jeux et l’Intimité soient tous les deux très intenses. On peut donc se demander — c’est ce que j’ai fait — si en fait, ce ne serait pas les deux faces d’une même médaille, intense, en négatif/désagréable et en positif/agréable ?

D’autant que les Jeux, à ce jour, ont maintenant une connotation fortement négative. Et je n’ai lu ou entendu nulle part, hormis Eric Berne dans l’ouvrage cité, que les Jeux soient positifs ou puissent l’être.

Actuellement, prononcer le mot “Jeu” — dans le sens de l’Analyse transactionnel, donc avec une majuscule — implique, d’office, un rapport désagréable, générant un état “Bof” ou “Bof bof” au mieux, et au pire un état “Beurk” !

Et personne ne précise quel état génère les quatre autres façons de passer le temps : un état agréable, positif ? Ou un état désagréable, négatif ?


Information : si vous le souhaitez, vous pouvez acheter ces livres chez Amazon.com, en cliquant sur l’une des images ci-dessous. Il va de soi, & c’est mieux en l’écrivant, que si vous achetez en cliquant sur une photo, cela ne vous coûtera pas plus. Et je percevrai un léger pourcentage sur cet achat. Si vous le faite merci d’avance…

      


 

Les 5 façons de passer le temps… selon moi

Schéma d'Analyse Transactionnelle par Richard Martens. Les 5 façons de passer le temps selon Richard Martens.

Schéma d’Analyse Transactionnelle par Richard Martens. Les 5 façons de passer le temps selon Richard Martens.

En introduisant systématiquement la notion d’attitude positive et d’attitude négative, donc d’énergie négative et d’énergie positive, et en estimant que les Jeux positifs correspondaient à l’Intimité, cela réduit à cinq les façons de passer le temps !

Donc le mot “Jeu” désignerait les rapports négatifs. Et quand les Jeux seraient positifs, ils seraient donc de l’“Intimité”.

Si le terme gêne certaines personnes, cela pourrait être nommée “Sincérité” ou peut-être “Authenticité” ?

Couleurs et symbolisme

Dans ce nouveau tableau, comme graphiste, j’ai coloré le positif en dégradé de jaune (connotation solaire et positive), du centre vers le haut —, ET le négatif en dégradé de gris (connotation négative et neutre ou triste) plus sombre vers le bas.

Et, dans le cadre des noms, et de gauche à droite, j’ai intensifié deux couleurs, puisque nous sommes sur un schéma, donc un choix toujours symbolique, avec :

  • en haut, le jaune pour l’aspect solaire, positif ;
  • en bas, le rouge pour l’aspect violent. La colère ?

Pourquoi le rouge qui connote plutôt la colère, la violence, l’intensité plutôt que le gris ? J’aurais pu, bien sûr, dans les cadres des noms en bas, utiliser le noir, avec les nuances de gris — et la connotation de la tristesse. Cependant, ces gris ne risquaient-ils pas de se “téléscoper” avec les gris verticaux ? Par prudence, et afin de distinguer les nuances “verticales des “horizontales”, j’ai fait ce choix : rouge.

Façons positives ou négatives de passer le temps

Ainsi, avec ces deux options pour chacune des quatre premières façons de passer le temps, on pourrait observer, par exemple, pour :

  • le Retrait : une personne s’isoler pour se ressourcer, méditer (positif) ou pour broyer du noir (négatif) ;
  • le Rituel : une personne sourire en saluant une voisine (positif) ou parler de la pluie et du beau temps en pestant contre le climat (négatif) ;
  • le Passe-temps : des gens se réunir autour d »un pot pour parler de façon agréable (positif), ou se réunir pour dire du mal d’autres personnes (négatif) ;
  • l’Activité : des employés qui agissent pour sauver l’entreprise (positif), ou des membres d’un Conseil d’administration, profiter de l’absence d’un des membres pour l’évincer et lui nuire (négatif).

Les Jeux connoteraient vraiment du négatif, et l’Intimité du positif…

Qu’en pensez-vous ? Merci de me faire part de votre point de vue…

Richard Martens

Texte version 1.1


Notes

J’indique les références de livres qui sembleraient épuisés… Je mets quand même les références, car il est parfois possible de les trouver en occasion, ou en bibliothèque… R.M.

  1. Berne (Éric), Que dites-vous après avoir dit bonjour ?, édition Tchou, coll. “Le Corps à vivre” dirigée par le Dr Jacques Donnars, Paris, 1972, 376 p.
  2. Redfield (James), La prophétie des Andes (The Celestine prophecy), éditions J’ai lu, coll. “Aventure secrète”, Paris, 1994, 320 p.
  3. PNL : Programmation Neuro-Linguistique.
  4. Jongeward (Dorothy) et Seyer (Philip), Gagner dans l’entreprise (Choosing success), InterEditions, Paris, 1980, 344 p.
  5. Berne (Éric), Dr en médecine, Des jeux et des hommes – Psychologie des relations humaines (Game people play), édition Stock, Paris, 1964, 224 p.

 

À propos de Richard Martens

Illustrateur & graphiste de formation (Ensad de Paris & Ensba de Paris). Intéressé par la psychologie dès la pré-adolescence. Passionné par l’Analyse transactionnelle dans les années 70. En 1993, formé à la PNL (à l’IFPNL, puis au Dôjô), ainsi qu’à l’hypnose ericksonienne, au PCM… A cela s’ajoute un amour pour le dessin, la peinture (Ensad et Ensba) et la prestidigitation (Afap, CMP, FFAP)…

Ce contenu a été publié dans Articles récents, AT, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.