Désir, peurs, valeurs et rupture amoureuse – 2/2

Voici la fin de cet article en deux parties, et la fin (?) de la relation amoureuse évoquée, entre Hope & Râ…

Je  poursuis donc, pour finir l’analyse psychologique de ces rapports amoureux…

 

Les peurs nous paralysent !

En effet, nos peurs nous paralysent, et freinent, ou stoppent nos actions menées par nos désirs & nos besoins !

Ceci peut nous empêcher d’agir, pour le pire & pour le meilleur. En effet, la peur peut nous empêcher de “faire des bêtises”, et c’est bien. Et elle peut nous empêcher d’oser, et de réaliser des actions positives ! Et c’est dommage !

 

Croyance et peur

Hope et Râ : éveil du désir chez Hope… Et apparition de la peur ! Avec croyance ! Schéma de Richard Martens© 2014.

Hope et Râ : éveil du désir chez Hope… Et apparition de la peur ! Avec croyance ! Schéma de Richard Martens© 2014.

Qu’est-ce qui crée cette peur chez Hope ? Comme chez beaucoup d’entre nous, il s’agit d’une croyance !

Qu’est-ce qu’une croyance ? Pour le dire simplement, il s’agit d’une conviction profonde, forte, concernant le monde, les autres & soi-même. Précisons que ce n’est pas nécessairement une conviction religieuse, même si cela peut parfois être une croyance religieux. Et ajoutons que les croyances ne peuvent pas se prouver.

Trois exemples de croyances très répandues :

  • « Un homme, ça ne pleure pas ! »
  • « C’est pour ton bien ! »
  • « Soit belle & tais-toi. »

À cela s’ajoute deux approches :

  1. — l’une est positive, ce qu’en PNL¹ on nomme “croyance aidante” ou “ressource” ;
  2. — l’autre est négative, et est nommée “croyance limitante”, ce qui nous empêche d’agir.

 

Une croyance limitante ? « Jamais le premier soir !« 

Hope et Râ : le désir chez Hope… Et la peur ! Avec croyance ! Et une valeur forte ! Schéma de Richard Martens© 2014.

Hope et Râ : le désir chez Hope… Et la peur ! Avec croyance ! Et une valeur forte ! Schéma de Richard Martens© 2014.

Quelle croyance paralyse, pour l’instant Hope ? Cette phrase très répandue, concernant les femmes : “On ne couche jamais le premier soir”. Cette croyance se présente sous la forme d’une règle. Et comme toute règle, si elle est transgressée, cela implique un jugement. À savoir qu’une femme qui fait l’amour dès le premier soir serait considérée comme une femme “facile”, voire une “p***”, ou une “nymphomane”. Vous aurez noté que si un homme a le même comportement, il n’y a pas (à ma connaissance) d’équivalent à « nymphomane » pour désigner un comportement masculin ! Et je n’ai pas le souvenir d’avoir entendu dire que tel homme est un “homme facile” ? Peut-être parce que “tous les hommes seraient faciles ?” Ce qui précède est une règle, voire une croyance…

 

Atteinte à une valeur ? Laquelle ? La fidélité !

Pour Hope : satisfaire son désir, sans avoir peur d'être une “sale Hope” ! Et sans bafouer des valeurs fortes : honnêteté, fidélité, en rompant avec Râ ! Schéma de Richard Martens© 2014.

Pour Hope : satisfaire son désir, sans avoir peur d’être une “sale Hope” ! Et sans bafouer des valeurs fortes : honnêteté, fidélité, en rompant avec Râ ! Schéma de Richard Martens© 2014.

Hope se trouve face à un autre principe : une valeur, la fidélité, voire l’honnêteté, avec, peut-être, une croyance (cela dépend de chacun) : “Je suis fidèle. Je ne trompe pas !

Et Hope ne veux pas déroger à cette valeur. Elle ne veut pas bafouer cette valeur, la renier ! Sinon, ce n’est pas seulement aux yeux des autres, voire de Fayçal, c’est à ses propres yeux qu’elle va “passer pour une sale Hope”.

Il n’y a donc — inconsciemment — qu’une solution : ROMPRE !

Ainsi, cela n’aura pas été le premier soir… ET en rompant, il n’y aura pas  tromperie. On ne trompe pas un “ex”. Rompre, c’est se libérer d’une alliance librement consentie. C’est mettre fin à un “accord”, mettre fin à une “association”.

 

 Objectif atteint ! Peur évacuée, valeur respectée & désir satisfait !

Pour Hope, après la rupture, elle peut donc satisfaire son désir, sans peur d'être une “sale Hope” ! Sans bafouer des valeurs fortes : honnêteté, fidélité. Et en ne couchant que le 3e jour ! Résultat : Fayçal-Hope enfin réalisé. Schéma de Richard Martens© 2014.

Pour Hope, après la rupture, elle peut donc satisfaire son désir, sans peur d’être une “sale Hope” ! Sans bafouer des valeurs fortes : honnêteté, fidélité. Et en ne couchant que le 3e jour ! Résultat : Fayçal-Hope enfin réalisé. Schéma de Richard Martens© 2014.

Après la rupture, Hope se sent enfin libre — pour l’instant. Elle peut donc — enfin ! — satisfaire son désir, sans bafouer ses valeurs : l’honnêteté & la fidélité. Il ne lui “reste” plus qu’à décider si oui ou non elle va faire l’amour avec Fayçal. Ce qu’elle peut enfin faire le 3e jour !

Voilà comment nous vivons tous ! Pris entre nos croyances, nos valeurs, nos désirs & nos peurs…

  • Si vous avez des questions, des idées, des commentaires…
  • Merci de les écrire ci-dessous !

Richard Martens

Texte version 1.0


 Note

  1. PNL : Programmation Neuro-Linguistique

À propos de Richard Martens

Illustrateur & graphiste de formation (Ensad de Paris & Ensba de Paris). Intéressé par la psychologie dès la pré-adolescence. Passionné par l’Analyse transactionnelle dans les années 70. En 1993, formé à la PNL (à l’IFPNL, puis au Dôjô), ainsi qu’à l’hypnose ericksonienne, au PCM… A cela s’ajoute un amour pour le dessin, la peinture (Ensad et Ensba) et la prestidigitation (Afap, CMP, FFAP)…

Ce contenu a été publié dans Articles récents, Autres "écoles", Communication, Divers, PNL, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Désir, peurs, valeurs et rupture amoureuse – 2/2

  1. Makie Panda dit :

    Bonjour, Je trouve que vous prenez trop en compte dans ces 2 articles: la société actuelle et surtout le cliché de la société actuelle. Il existe un troisième chemin que Hope aurai pu choisir d’après moi.
    –> Peser le pour le contre de sa relation et discuter avec Râ.
    Ce système de couple visiblement disparait de plus en plus et pourtant la discussion permet de débloquer pas mal de croyances ou de mal entendu. Pour moi, si il y a un obstacle à leur bonheur c’est probablement que les 2 personnes ne s’entendent plus ou/et alors qu’as un moment il y a eut arret de discussion concernant leur vie de couple. Ceci alimente monsieur petit nuage noir et le fait éclater à un moment.
    Même si on ne peut éviter les désirs car ils font partie intégrante d’une personne, je pense que la personne devrait se remettre en cause. Savoir et découvrir ce qui lui manque et en parler avec son compagnon afin de trouver une solution en couple . (c’est plus facile à dire qu’a faire bien entendu. On ne fini pas toujours d’accord en parlant mais cela peut permettre de désamorcer des choses et mieux comprendre l’autre) Cependant , il est parfois difficile de savoir quand on doit désamorcer et poser les choses dans un couple.
    Qu’en pensé vous ?

    • Martens Richard dit :

      Merci Makie Panda pour votre commentaire, que je trouve très pertinent.
      Je partage votre point de vue. En effet, je pense aussi que Hope et Râ aurait gagné à échanger. Il est possible qu’actuellement ce ne soit plus une « habitude » de parler, d’échanger. Et c’est dommage, selon moi. Le couple en question a cessé d’exister, car, de ce que j’en sait, il semblait que les échanges étaient refusés par Hope, les derniers temps… Et qu’elle ait pris une décision de rupture unilatérale… (:-{0}

  2. Christine Macé dit :

    Bonjour Richard, intéressant points de vue… mais s’il pouvait exister une autre voie ? Peut-on (et doit-on) manger toute sa vie de la pizza sous prétexte qu’on a aimé ça ? Que va-t-il se passer si on a une soudaine envie de couscous ? La vie change, bouge et se transforme en permanence. On le souhaite, on le craint. Mais c’est ainsi. L’amour n’y fait pas exception puisqu’il fait partie de la vie. Sauf qu’on nous le présente encore comme une assurance sur le long terme, mariage et promesses de fidélité à l’appui (les princes et princesses charmants ont encore de beaux jours devant eux !)… en occultant les questions pièges et ce que je crois être essentiel : la liberté, la différence et le respect de l’autre. De vrais challenges. Dommage qu’on ne nous y prépare pas davantage, et plus tôt ! Christine